LES CHAMPIGNONS

Memento des champignons de la Corrèze

 Au petit matin ou à la tombée du jour,

peu avant le lever ou le coucher du soleil .....

 

Ce sont les moments propices pour s'en aller à la cueillette des champignons

 

Encore faut-il ne pas ramasser n'importe quoi ...

Pour vous éviter de (très) mauvaises surprises, je vous invite à vérifier dans ce petit catalogue

si votre panier ne contient pas d'espèces suspectes, voire dangereuses !

Alors, avant tout, lisez ce qui suit : 

--- Attention ! ---

Cette page n'a pas la prétention de faire de vous des mycologues avertis !

Elle a pour but que de vous initier à la reconnaissance de quelques-uns des champignons que vous pourrez trouver dans notre département.
En cas de doute sur le produit de votre cueillette, je vous conseille vivement de demander l'avis d'un spécialiste ou de présenter les spécimens ramassés à un pharmacien, qui est normalement habilité à vous informer...

 

Qu'est-ce qu'un champignon ?

Posée ainsi, la question peut paraître ridicule.

Il faut néanmoins savoir qu'il s'agit avant tout d'une moisissure avec tous les avantages et les inconvénients qui en découlent : mets délicieux, médicament, nettoyeur de milieu, parasite destructeur ou poison.

Il en existe plus de 3000 espèces répertoriées mais certains sont encore très peu connus : considérés dans le passé comme espèces comestibles, quelques-uns d'entre-eux se voient même passer dans la catégorie des toxiques. Comme quoi rien n'est jamais définitif, moins encore dans la connaissance de la nature qui nous réserve encore bien des surprises !

A l'instar des coquillages, le champignon accumule généralement les toxiques du milieu où il vit. C'est pourquoi l'on signale ici et là des empoisonnements, heureusement souvent bénins, en des endroits où certains polluants ont été déversés, accidentellement ou non. L'exemple du nuage toxique de Tchernobyl en est l'illustration : l'Est et le Nord-Est de la France ont, plus de 13 ans après l'accident, le triste privilège d'une teneur en radio-activité au-delà de la moyenne dans les champignons que l'on y récolte...quoique heureusement dans des limites très inférieures à celles d'autres pays plus proches du réacteur qui sont dans une situation réellement dramatique : le poison radio-actif y est nettement plus présent, parfois dans des proportions dangereuses !

Les métaux lourds, les engrais, pesticides et fongicides sont autant de matières absorbées et par conséquent transmises à ceux qui les dégustent !

C'est pourquoi il est déconseillé de ramasser des spécimens sur les bords de route (gaz d'échappement contenant du plomb), sur d'anciens dépotoirs ou terrains vagues, sur des sites industriels, dans des prés récemment traités.

Heureusement, dans un milieu sain, ce qui était auparavant considéré comme une plante, mais désormais classé dans une catégorie bien distincte, produit également des substances opposées : l'exemple de la pénicilline en est la preuve et grâce à cela, bien des vies sont régulièrement sauvées. Nombre d'antibiotiques ont été conçus grâce à ces moississures et certaines levures sont utilisées comme source de vitamines.

La fermentation est une des caractéristiques du champignon et l'industrie agro-alimentaire en bénéficie largement. L'élaboration du pain, des fromages, des yaourts, des boissons fermentées (vin, bière, etc.) en est tributaire.

Et l'on découvre encore aujourd'hui de nouvelles applications dans l'étude des champignons microscopiques largement étudiés en biotechnologie.

Biologie du champignon

Le champignon est un parfait éboueur, se nourrissant des matières organiques qu'il trouve dans le sol par l'intermédiaire du mycélium, produisant un humus dont bénéficie l'arbre sous lequel il se développe.

La spore est la base du champignon. Elle peut être considérée comme l'équivalent de la graine d'une plante.

Dans des conditions favorables, cette spore va germer et produire un filament microscopique qui va se développer et, généralement, celui-ci va rencontrer un autre filament émis par une autre spore, une sorte d'accouplement mais qui n'a rien de reproductif si ce n'est que se soudant l'un à l'autre, ils produiront un troisième filament qui va se ramifier considérablement, formant une véritable toile formée de nombreux et fins autres filaments, près de la surface du sol, le même phénomène se produisant sous l'écorce des arbres morts. Il s'agit là du mycélium (dit secondaire) que l'on peut observer à l'automne en soulevant la couche des feuilles en décomposition. Blanc, cette toile ressemblant à un feutrage va, selon certaines conditions, atmosphériques, de milieu, de substances particulièrement favorables, etc., s'agglomérer pour former une sorte de petite pelote. C'est à partir de cette pelote que va se former progressivement notre champignon. Celui-ci va à son tour produire des spores, sous le chapeau. Ce dernier peut être constitué de lamelles, de tubes ou d'aiguillons. Cette partie reproductrice de spores s'appelle l'hyménium. Ceci étant valable pour les champignons à pied ; les autres produisent les mêmes spores à l'intérieur (comme les vesses) ou au fond de la coupe (pour les pézizes). Une fois émises, les spores vont germer et finir ainsi le cycle. D'une consistance très fine, elles sont presque invisibles à l'oeil nu : c'est en écrasant une vesse par exemple que l'on peut les observer : le fin nuage farineux qui s'en dégage est constitué d'un nombre considérable de celles-ci : plusieurs millions de "graines" mais rares sont celles qui permettront la reproduction de l'espèce. Heureusement d'ailleurs sinon nous en serions envahis !

 

Le champignon n'est, somme toute, que l'appareil reproducteur d'une durée de vie très courte, d'un système très élaboré dont la partie essentielle est cachée dans le sol ou d'autres supports, tels que vieilles souches, végétaux en décomposition, fumier, etc.

Son développement, pour arriver à l'érection tant convoitée, dépend d'une série de facteurs très divers : la chaleur, l'humidité, la lumière et, curieusement, pour les cèpes et bolets notamment, le choc thermique provoqué par une différence importante de température entre la nuit et le jour : une forme de stress ...

 

 Quelques espèces ...

 Cantharellus cibarius Russule noircissante Russule jolie Hypholome couleur de brique
Lepiotes Lepiote leucopaxillus Trompette corne d'abondance
Retour de cueillette. Otidea onotica  Amanita muscaria  
       
       
       
       
       un beau plat de morilles

 

Champignons à tubes (bolets)

Cette Clef concernant les champignons à tubes (Bolets) est plus simple que la précédente.
Pour l'utiliser vous devez simplement suivre les propositions du haut vers le bas, en vous reportant dans les choix de caractères 2 si ce choix existe.
Le seul bolet dont vous devez vous méfier bien qu'il ne soit pas mortel est le Bolet Satan.
Les autres sont soit comestibles,soit légèrement indigestes, soit d'un goût trop amer pour en avoir envie.
 
Clef pour les bolets
Caractère 1 Caractère 2 Voir...
Chapeau écailleux, laineux, gris à noirâtre  Strobilomyces strobilaceus
Pied élancé et rugueux, granuleux Chair rosissante puis noircissante Leccinum aurantiacum
Chair non ou peu noircissante Leccinum scabrum
Pied cassant et caverneux  Gyroporus cyanescens
Pores roses, Pied à réseau brun  Tylopilus felleus
Anneau et chapeau visqueux  Suillus luteus
pied plutôt cylindrique et sans anneau.Chapeau non sec Petites écailles brunes sur le chapeau Suillus variegatus
Pores amples,olive à moutarde Suillus bovinus
Pores jaunes, fins Suillus granulatus
Chapeau petit, pied mince chapeau velouté craquelé de rose Xerocomus chrysenteron
pores blancs puis jaunes à verts Xerocomus badius
pores jaune assez vif  Boletus calopus
pores blancs puis jaune pâle  Boletus edulis
Pores rouges à orangés Chapeau pâle Boletus satanas
Pied non veiné Boletus erythropus
Salissant à la manipulation  
 


 
Différentes Variétés
Commune Variété alba (blanche)
 

Champignons à lamelles

La première ligne qui correspond à votre champignon est la bonne.
Partez ensuite à droite. Si un nouveau choix se représente, recommencez comme pour la première colonne.
Enfin, après avoir identifié la couleur des spores, vous devriez retrouver la famille de votre champignon.
Si vous avez un doute, regardez les planches et lisez les textes correspondants.
Si le doute subsiste, jetez votre champignn !

 
Clef pour les champignons à lamelles
Organes des Champignons à déterminer spores
blanches
spores
roses
spores
ocracées
spores
noires
Chair cassante comme de la craie pas de lait Russula - - -
du lait Lactarius - - -
Une volve Amanita Volvaria - -
Un anneau Pied séparable Lepiota - - Psalliota
Pied non séparable Armillaria - Pholiota Stropharia
Une cortine - - Cortinarius Hypholoma
Lamelles libres - Pluteus - -
Lamelles adhérentes, souvent une cortine fugace,
chapeau fibrilleux souvent fendu radialement
- - Inocybe -
Lamelles échancrées Tricholoma Entoloma Hebeloma -
Lamelles décurrentes Pied central Clitocybe Clitopilus - Gomphidius
Pied excentrique Pleurotus - - -
Lamelles écartées et épaisses Hygrophorus - - Gomphidius
Lamelles ramifiées et pliciformes Cantharellus - - -
Lamelles facilement séparables du pied - - Paxillus -
Lamelles déliquescentes - - - Coprinus
Champignons se dessèchant sans pourrir.
Pied ne cassant pas à la torsion de plus d'un tour.
Marasmius - - -
Chapeau conique, pied tubuleux Mycena - - -
Lamelles écartées,roses ou violettes, décurrentes par une dent Laccaria - - -

 Site sur les champignons : http://www.onf.fr/foret/flore/champignons/

 

 bouton.gif